Par le septembre 12, 2016

Est-il bon de s’informer?

apprendreVous réalisez certainement que la vie devient routine. Qu’en continuant à faire les mêmes choses, jour après jour, semaine après semaine, nous ayons toujours les mêmes résultats. Je crois que c’est Albert Einstein qui disait que seul un fou peut penser avoir des résultats différents tout en faisant toujours les mêmes actions.

Il n’y a pas si longtemps, je lisais le livre de Danièle Henkel « Au cœur de mes valeurs ». Elle écrit en début de livre qu’un québécois sur deux qui sait lire ne comprend pas ce qu’il a lu. Faut-il s’en étonner? Toutefois, je crois qu’il ne faut pas s’arrêter qu’à cette statistique tristement démoralisante.

Pouvons-nous croire que si moindrement il y a une lueur d’ambition chez une personne, elle pourrait commencer à lire quand même. Et que même si cette personne ne comprend pas tout ce qu’elle lit, elle pourrait relire le livre une seconde fois. De plus en plus de gens préconisent la relecture d’un même livre. Cela vient combler ce malaise à prime à bord. Et surtout, fait en sorte que le lecteur commencera à assimiler les informations du livre et commencera à penser qu’il peut changer quelque chose dans sa vie.

Oui, je prône le secteur financier. Cependant je suis bien conscient de voir la chose sous un angle holistique. En effet, je sais pertinemment qu’il ne sert à rien de ne vouloir que du succès à son travail. Trop de ménages ont souffert d’un père obsédé à gravir les échelons de sa carrière au détriment d’une vie familiale harmonieuse.

Nous parlerons donc d’un juste équilibre et d’un bon vouloir à améliorer son style de vie. Sans trop s’étendre sur le sujet, nous pourrions vouloir plus d’abondance dans nos finances, dans notre santé ainsi que dans nos relations.

Que pourrait signifier pour un conseiller financier la connaissance ainsi que la possibilité de transmettre une information susceptible d’aider ses clients à éliminer leurs dettes? Imaginez cette clientèle. Imaginez que leur situation s’améliorait après la lecture de mon livre « Améliorer ses finance, un art à maîtriser »!

Je dois avouer que j’aborde dans mon livre l’optique d’éliminer ses dettes en deçà de 7 ans. Et j’évoque aussi l’optique d’augmenter ses revenus. Il y a peu de livre qui avance cette option. On y parle pour la plupart que d’avoir une vie de restriction, de finir par payer ses dettes avec un style de vie tout à fait à la base et de placer l’argent qui allait sur les dettes par la suite.

À mon grand regret, je constate que cela est le cheminement le plus souvent prôné. Est-ce que cela fonctionne? Oui, bien sûr. Pour des gens très disciplinés qui sont prêts à se serrer la ceinture pour un temps quelques fois indéterminé, plus la période de capitalisation des sommes investis.

Comme je le dis dans mon livre, le cerveau est capable de trouver facilement quoi faire avec une augmentation de salaire de 10%. Cela l’est tout autant de trouver comment diminuer ses dépenses de 10%. Qu’en pensez-vous? La question que je vous pose ici est : peut-on penser à d’autres manières pour augmenter ses entrées d’argent? Pour vous réchauffer les neurones, je vous propose de télécharger mon e-book « Doubler ses revenus, et plus loin encore… ». Une belle mine d’informations pertinentes en 18 pages.

Prenons maintenant l’exemple d’un courtier immobilier. Admettons qu’il possède l’information pour aider ses clients à payer leur hypothèque en 5 à 10 ans au lieu de 25 ans et plus. Est-ce que cela serait avantageux pour lui? Ces gens aimeraient certainement acheter une plus grosse maison une fois leur hypothèque payé… et à qui vont-ils penser quand ils seront prêt à passer à l’action?

C’est dans un livre de Robert Kiyosaki que l’on relate l’histoire d’un agent immobilier qui avait du succès dans ses propres investissements immobiliers. Beaucoup de ses amis voulaient bien en faire autant, s’associer avec lui. Le manque cruel de mise de fond faisait échoir le tout. La manière qu’il a trouvée a été d’inviter ses amis à joindre un concept micros franchises. J’aborde brièvement ce concept dans mon e-book.

Prenons pour dernier exemple, une coiffeuse. Que risque-t-il d’arriver à sa clientèle si elle les met en contact avec une information digne d’améliorer les finances de celle-ci? Ne croyez-vous pas que ces clients voudront se faire coiffer plus souvent? Demanderaient-ils des coupes de cheveux plus élaborées?

De plus, si nous avons un peu l’esprit de profondeur, nous pouvons facilement penser que toutes ces personnes qui amélioreront leur situation financière, feront plein d’autres dépenses dans leur localité. Imaginer ce phénomène. On sait où il commence : soit par notre propre auto-formation. Par la suite, nous y allons avec l’enseignement de ces nouvelles informations et on ne sait pas où cela ira. Cela s’approche étrangement à l’effet papillon.

Pour ceux qui ne connaissent pas l’effet papillon, voici de quoi il en retourne. Tout d’abord, le précepte part de cette question : « Le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ?» Ainsi, vous comprenez que nous partons d’un élément fort banal qui a des répercussions gigantesques dans un autre lieu et un autre temps.

Cependant, nous n’avons pas besoin d’aller aussi loin dans le concept d’effet papillon. Nous pourrions en effet se concentrer sur nous-même. Est-ce que le fait, par exemple, de lire un livre sur les finances personnelles peut avoir un effet papillon?

Est-il possible de croire que si notre situation financière s’améliore, cela diminuera notre stress financier? Car, comme je le mentionnais dans ma première vidéo sur 6 où je parle de 6 étapes pour éliminer ses dettes, 18 à 19 personnes sur 20 ont des soucis avec les dettes. Et que malheureusement, une grande portion de ces gens ne se calcule pas comme étant endettés. Ils pensent que parce qu’ils arrivent à la fin de chaque mois et qu’ils ont tout payé, ils ne sont pas endettés.

Et pourtant, je dois vous le dire bien franchement : dès que vous devez un sous à qui que ce soit, vous êtes endettés. On ne peut le dire plus simplement que cela. Et pour une majorité, savoir qu’ils sont endettés, qu’ils ont de la difficulté à joindre les deux bouts à la fin de chaque mois, cela crée un stress.

Ainsi, le simple fait d’investir dans la lecture d’un bon livre traitant des finances personnelles, cela vous aidera à diminuer votre stress financier. Encore faut-il que ce livre soit fondé sur de bons principes intemporels ET que vous mettiez en pratique ce qu’il enseigne.

Car, quelle est la différence entre une personne qui ne sait pas lire et une personne qui sait lire mais qui ne lit pas? Il n’y en a pas. Ceci est une des raisons pour laquelle je préfère les livres papiers. Je peux le lire tout en soulignant dedans. Je peux donc revoir ce livre et rapidement en ressortir les grandes lignes en relisant ce que j’ai déjà souligné.

Bien entendu, il est bon des fois de relire à 100% le livre. Car nous sommes en constante évolution. Et de ce fait, nos pensées changent. Donc, lorsque nous relisons un livre, nous ne sommes pas la même personne. Il y a de forte chance que nous passions sur des passages qui ne nous avaient pas accrochés à une lecture précédente.

Pourquoi commencer avec un livre sur les finances personnelles me demanderez-vous? Il me serait trop simple de vous dire que c’est parce que j’aime ce sujet. Non. Il y a une raison plus profonde que cela. À même mon livre « Améliorer ses finances, un art à maîtriser » je parle d’une façon de se fixer des objectifs sur 6 domaines de notre vie. Et selon moi, le domaine où il est plus facile de voir des changements et celui des finances.

Si on regarde quelques-uns des autres domaines, la famille, le sociale, le spirituel, le savoir… il est plus difficile de mesurer son avance ou son recul. Et comme je crois au phénomène holistique dans notre équilibre de vie, cela fait que si on améliore un domaine, un autre s’améliore par le fait même.

Ainsi, lorsque nous aurons envie de crier Euréka lorsque notre situation financière aura repris du poil de la bête, et bien d’autres facettes de notre vie se sera améliorer. Comme je le mentionnais plus haut, en premier lieu notre stress financier baissera d’un cran ou deux. Est-ce que cela pourrait faire en sorte de diminuer le stress dans nos relations?

Soit celui dans notre couple. Il peut être éprouvant de mentir à son conjoint pour ne pas dire que nous gérons très mal les sous que l’on gagne. Des cartes de crédit qui gonflent à vue d’œil. Une marge de crédit qui a une tendance vers le haut… Soit celui dans notre famille. Devoir dire à nos enfants que nous ne pouvons pas nous le permettre pour le moment. Oufff, nos enfants ne s’arrêtent pas là. Ils reviennent maintes et maintes fois à la charge, et nous devons constamment donner la même excuse.

Comme le disait si bien Robert Kiyosaki dans son livre « Père riche, père pauvre », au lieu de se dire que l’on ne peut pas se procurer tel ou tel article; il serait bon de se demander comment nous pourrions nous l’offrir. Une énorme différence entre ces deux positions, n’est-ce pas?

Une fois ce petit bout de chemin de fait, est-il possible de penser que nous serons plus heureux? Plus heureux de se lever le matin; de saluer les étrangers sur notre route; plus courtois sur la route; en meilleure relation avec nos collègues de travail; plus d’entrain et motivé pour se mettre en forme…

Voyez-vous, je suis fermement certain qu’il y a un lien entre chacun de nos domaines de notre vie. Que si l’un s’améliore, un ou des autres le feront aussi. Comme je dis des fois : il est impossible d’être malhonnête dans un domaine de notre vie et honnête dans les autres. Nous sommes un tout.

En terminant, laissez-moi vous dire ce que j’ai appris dernièrement dans une petite formation sur le marketing relationnel. Il y a deux types de gens qui continuent à s’informer, à apprendre. Avez-vous une idée de ces deux types? Le premier de ces types est la cohorte étudiante. En effet, les étudiants doivent s’informer sans arrêt pour apprendre de nouvelles choses. Cela leur sera utile pour réussir leurs examens ainsi que pour commencer leur carrière.

Le second type de gens est plus restreint. Peut-être en connaissez-vous déjà. Peut-être faites-vous partie de ce groupe d’élite. Vous l’avez sans doute débusqué. Il s’agit des gens à succès. OUI, OUI. Des gens à succès. Des gens qui de par leur propre chef aiment en apprendre d’avantage sur différents sujets. Cela les aide à mieux performer dans leur travail, avoir de meilleures relations, de mieux s’entraîner, manger et bien d’autres sujets…

Faites-vous partie de l’une de ces deux catégories? J’espère que oui. Un de mes professeurs de radio-amateur aimait à dire : « si tu n’avances pas, tu recules ». Il avait bien raison. Ne voulant pas continuer à s’informer, à s’instruire, bref à garder le statut quo, nous resteront sur place. Certains me diront que de rester sur place ne nous fait pas reculer.

À cela j’ajoute l’autre section de cette vérité. Cette vérité nous informe que tout progresse. Que la société entière progresse. Et que si nous, nous désirons garder le statut quo, nous allons de ce fait reculer, car il se creusera un écart de plus en plus grand. Est-ce que vous connaissez encore des gens qui écoutent de la musique sur de petites bandes magnétiques? Sur des disques vinyles?

Que ferez-vous pour débuter votre auto-apprentissage? Par quel domaine? Le choix est vôtre. Le choix de faire quelque chose ou non ne devrait plus être un choix. Ne remettez pas à demain l’application de ce principe. Faites une première action dans le bon sens, celui de vous informer.

Votre phynancier ludique…

Dites-moi en commentaire ici-bas ce que vous pensez de ce brin de folie!

P.S.: Vous pensez que cet article peut aider des gens de votre entourage? Prenez 7 secondes pour leur transmettre le lien… Un GROS Merci de leur part!

Merci de me laisser votre commentaire ici-bas…


About Le Phynancier

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *