Jouer à la victime…

By on août 31, 2017

Victime ou pas?

Vous savez qu’il est possible que des théories dans un domaine puissent être adaptées à un autre domaine? J’étudie depuis quelques mois le marketing et j’y vois de temps en temps le défi de prendre ce qui se fait ailleurs et de l’adapter à son entreprise.

Aujourd’hui, je veux faire un parrallèle avec le « triangle de Karpman ». Une victime financière ne sait pas qu’elle est victime. Non, elle ne le sait pas, car elle est convaincu que ce sont les autres ou les circonstances qui font que rien ne fonctionne pour elle.

« C’est la faute de mon employeur qui ne veut pas me payer plus cher. C’est la faute à l’économie de ne pas aller mieux. C’est la faute des grosses entreprises qui font des publicités qui me font sur-consommer. C’est la faute des gouvernements qui dépensent notre argent dans d’autres programmes. C’est la faute à mon voisin, à mon chien, à mon chat… »

« Moi, je suis victime de tout cela. C’est comme si on me mettait un révolver sur la tempe pour dépenser plus que ce que je gagne. Je ne suis pas assez responsable pour déterminer mes besoins en consommation, alors je me laisse berner par ces belles pubs qui me disent que je mérite LE mieux. Je ne suis pas responsable de mes actes, de mes pensées, de mes décisions. Le système éducationnel nous a formé ainsi et je n’y peux rien. »

Qui dit triangle, dit 3 angles. Nous avons donc la pointe VICTIME et celle que nous venons de présenter, celle du PERSÉCUTEUR. Et je crois qu’il existe une notion en psychologie qui dit que ce que l’on perçoit à l’extérieur de soi prend racine en soi. Oupsss, peut-être une pilule trop dure à digérer ici?

Une victime qui a un persécuteur cherchera donc un SAUVEUR. Oui, un sauveur qui aura pitié de sa situation, qui la prendra sous son aile, qui l’écoutera se plaindre, qui acceptera même de l’aider financièrement. Le sauveur fera tout en son pouvoir pour réorienter la situation vers du positif… jusqu’au jour où il en aura marre, qu’il se sentira prit au piège, se sentira couler avec la victime.

Si le sauveur se réveille avant qu’il ne soit trop tard, il sera sur ces gardes. Et que se passera-t-il par la suite? Et oui, si la victime se rend compte que le sauveur cesse de descendre dans la spirale négative, ce sauveur deviendra en une fraction de seconde un persécuteur. Oufff pas vraiment saint cette situation.

Y a-t-il une façon de s’en sortir? En fait oui. La victime doit effectuer une permutation. Elle doit passer de sa situation de victime à celle de CRÉATRICE de sa vie (elle doit devenir 100% responsable). Prenez note ici qu’il y a un bon pourcentage de victimes qui ne voudront pas migrer. Rester dans sa non responsabilité est une belle zone de confort…

Pour aider la CRÉATRICE, elle a deux options for intéressantes. Soit elle tend vers le COACHING. La personne recherche de l’aide par l’entremise d’un vrai coach, d’une source d’information qui l’aidera à progresser. Pour les finances, on peut penser au livre « Améliorer ses finances, un art à maîtriser »…

La seconde option est de se CHALLENGER. D’accepter de se lancer des défis, d’atteindre des objectifs. Comme par exemple : faire en sorte d’avoir plus de revenus que de dépenses; d’éliminer ses dettes; d’augmenter sa valeur nette…

Pour devenir créateur/créatrice dans vos finances, voici des suggestions de liens utiles :

 

Votre phynancier ludique…

Dites-moi en commentaire ici-bas ce que vous pensez de ce brin de folie!

P.S.: Merci de Commenter et de Partager !


About Le Phynancier

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *